Le 34e Festival international de cinéma Vues d’Afrique, présenté par Québecor, en partenariat avec Royal Air Maroc, Transporteur officiel, est heureux d’annoncer une présence exceptionnelle de femmes cinéastes lors de son édition 2018, qui se tiendra du 13 au 22 avril à la Cinémathèque québécoise.

La programmation de cette 34e édition souhaite promouvoir et soutenir le talent des femmes d’ici et d’ailleurs. Le Festival Vues d’Afrique présentera cette année 35 films réalisés par des femmes. De ce nombre, 15 cinéastes, productrices, actrices nous feront l’honneur de leur présence à Montréal durant le festival.

« En tant que programmatrices, c’était une évidence pour nous de mettre de l’avant des productions cinématographiques réalisées par des femmes mais aussi de diffuser les différentes réalités qu’elles vivent de par le monde. C’est très encourageant de voir l’augmentation de réalisations cinématographiques féminines, ce qui nous fait espérer l’émergence d’une nouvelle génération de grandes réalisatrices. »

Laura Amelio et Kathleen Barbeau

INVITÉES

Parmi les invitées d’honneur du Festival Vues d’Afrique, notons la présence de la productrice, réalisatrice et plasticienne Moufida Fedhila pour son film Aya, portant sur une petite fille futée de Tunis vivant avec ses parents salafistes et inspiré de faits vécus, qui a reçu le Tanit d’Or du Meilleur Court Métrage de Fiction aux Journées Cinématographiques de Carthage. À la soirée d’ouverture du Festival, elle se verra attribuer le trophée du Conseil international des radios et télévisions d’expression française (CIRTEF) pour l’ensemble de son oeuvre interdisciplinaire, qui examine la tension entre la politique et la poétique et qui a servi de sujet d’étude pour des chercheurs universitaires et de publications.

Attachée à sa Martinique natale et à son identité française et créole, l’actrice et productrice France Zobda estime que la diversité mérite d’être davantage mise en valeur et tente de mettre en lumière cette identité plurielle. Elle sera de passage à Montréal pour présenter Le rêve français, saga sociale dont elle signe la production, qui met en récit les tumultes d’une famille migrante guadeloupéenne fraîchement débarquée en France.

L’helvetico-rwandaise Angélique Gakoko Pitteloud présentera Who Am I?, saisissant court métrage documentaire à vocation pédagogique qu’elle a coréalisé, qui vise à sensibiliser les enseignants et les enfants aux effets pervers que peut engendrer la manipulation. La française Annick N’Guessan sera aussi à Montréal pour accompagner la projection de son film Être Juif et Noir en France, avec lequel elle expose la difficulté d’une population minoritaire à faire reconnaître et accepter son identité. Parmi les invitées locales, la cinéaste québécoise Hélène Choquette sera à la projection de son documentaire Comme un caillou dans la botte, filmé entre l’Italie et le Sénégal, qui nous fait découvrir la Florence des marchands ambulants sénégalais pour qui la vente de rue est souvent un passage obligé.

FICTION AU FÉMININ

La force et la singularité de la femme sont au premier plan de la programmation d’oeuvres de fiction présentées cette année. D’abord, les films Frontières (en présence de l’actrice du film Amélie MBaye) et I am Not a Witch (Rungano Nyoni) suivent d’une part, quatre femmes voyageant par autobus et forcées de s’unir pour survivre aux dangers, et d’autre part, une fillette de 9 ans accusée de sorcellerie envoyée dans un camp de sorcière. A Day For Women nous transporte en Égypte, où l’annonce d’une journée réservée aux femmes dans une piscine publique fait sensation, tandis que la cinéaste Rayhana nous donne un accès privilégié au coeur d’un hammam, où mères, filles et amantes se confrontent avec son film À mon âge je me cache encore pour fumer, en présence de l’actrice Lina Soualem. Le long-métrage El Jaida de Selma Baccar, pionnière du cinéma tunisien, nous présente quatre femmes qui se retrouvent à Dar Joued, partageant joies, émotions et détresses de leur quotidien à la veille de l’indépendance, alors que dans Lhajjates, quatre dames décident de se rebeller après une longue vie parsemée d’injustices.

IMAGES DE FEMMES ET DIVERSITÉ

Devant les récentes préoccupations liées à la place de la parité et de la diversité dans le milieu audiovisuel, Vues d’Afrique s’associe aux Réalisatrices équitables, à FCTMN et l’ARRQ pour la Rencontre Images de femmes et diversité. Cette rencontre, qui aura lieu le mardi 17 avril de 9h à 17h30 à l’INIS, sera l’occasion d’un échange d’expériences entre réalisatrices de différents pays de la francophonie, du Maghreb et de l’Afrique subsaharienne. Quant aux institutions d’ici (le Fonds des médias du Canada, Téléfilm Canada, l’ONF et la SODEC), elles seront invitées à exposer leurs pistes d’action en vue d’atteindre la parité et une meilleure représentativité de la diversité dans le domaine cinématographique. Le Festival souhaite ainsi créer un espace d’échange et de solidarité pour se questionner sur la place des minorités ethnoculturelles et des réalisatrices déjà sous-représentées. Sur invitation seulement, cet événement sera accessible au public via une diffusion en direct sur la page Facebook de Vues d’Afrique.

Plus grand festival hors d’Afrique consacré à ce continent et sa diaspora, le Festival international de cinéma Vues d’Afrique crée un espace de rencontres et de découvertes, où la diversité et la richesse des cultures africaines et créoles sont à l’honneur.

Le 34e Festival international de cinéma Vues d’Afrique

se déroulera du 13 au 22 avril 2018 à la Cinémathèque québécoise.

Suivez-nous aussi sur Facebook, Twitter et Instagram

 

Informations et billetterie : www.vuesdafrique.com