Pour ouvrir sa toute première saison à la barre de la direction artistique de La Bordée, Michel Nadeau a choisi de présenter la pièce Bienveillance de Fanny Britt, dans une mise en scène de Marie-Hélène Gendreau. Présentée du 12 septembre au 7 octobre, la pièce nous convie à une réflexion sur nos propres contradictions et nos lâchetés ordinaires.

Bienveillance relate l’histoire de deux amis d’enfance qui se retrouvent 20 ans après leur dernière rencontre en raison d’un triste accident. Nourrir ses ambitions ou préserver une ancienne amitié ? Tel est le choix difficile que devra faire l’un des personnages.

« J’adore les dilemmes et les doutes. J’aime que mes personnages soient aux prises avec un choix qui aura un impact sur les évènements à venir, mais aussi sur la façon dont ils se perçoivent eux-mêmes », mentionne l’auteure Fanny Britt.*

Créée à l’initiative du metteur en scène Claude Poissant et des comédiens Patrice Dubois et Dany Michaud, la pièce a été présentée pour la première fois en 2012, au Quai des arts de Carleton-sur-Mer, puis à l’Espace GO de Montréal, dans une coproduction du Théâtre PÀP et des productions À tour de rôle. Fanny Britt a reçu, en 2013, le Prix littéraire du Gouverneur général pour cette pièce.

* Propos tirés d’un article de Sophie Marcotte, paru dans le magazine Elle Québec (Août 2017)

BIENVEILLANCE À l’affiche du 12 septembre au 7 octobre 2017

L’équipe

Texte : Fanny Brit

Mise en scène: Marie-Hélène Gendreau

Assistance à la mise en scène : Émile Beauchemin

Distribution : Emmanuel Bédard, Lorraine Côté, Nadia Girard Eddahia, Eliot Laprise et Éric Leblanc

Les concepteurs

Décor : Marie-Renée Bourget Harvey

Costumes : Sébastien Dionne

Éclairage : Sonoyo Nishikawa

Musique originale : Josué Beaucage

PROPOS DE LA PIÈCEGilles Jean, riche avocat vivant à Montréal, rend visite à Bruno, son meilleur ami d’enfance, dans leur village natal du nom de Bienveillance. Bruno est accablé depuis qu’un accident est survenu au fils de sa blonde. L’ambulance a mis tellement de temps à se rendre sur les lieux que le petit Zachary est maintenant plongé dans le coma. Des poursuites ont été entamées contre la compagnie chargée de la répartition des appels d’urgence, considérée comme responsable du délai d’intervention. Or, le cabinet d’avocats qui défend la compagnie en question est celui où travaille Gilles Jean. Ce dernier, se retrouvant dans une situation très inconfortable, doit alors se battre contre le remords et s’interroger sur sa propre humanité.

L’AUTEURE

Fanny Britt Fanny Britt est écrivaine, scénariste et traductrice. Elle est l’auteure d’une douzaine de pièces de théâtre, dont Couche avec moi (c’est l’hiver), Chaque jour et Bienveillance. Cette dernière a été lauréate du Prix du Gouverneur général en 2013. Ses pièces ont été présentées sur plusieurs scènes du Québec et d’ailleurs, dont La Licorne, Espace GO, Espace libre et le Centre du Théâtre d’Aujourd’hui. Des mises en lecture de Bienveillance ont également été présentées en Allemagne et aux États-Unis.

Fanny Britt oeuvre aussi en littérature. Son premier roman, Les maisons, paru à l’automne 2015, a été finaliste au Prix littéraire France-Québec et au Prix littéraire des collégiens, en plus d’être publié en anglais chez House of Anansi. Elle a également fait paraître chez Atelier 10 un essai personnel, Les tranchées : Maternité, ambiguïté, féminisme, en fragments, en plus d’avoir traduit et adapté une trentaine de pièces de théâtre et de romans, dont des oeuvres de Martin McDonagh, Dennis Kelly, Neil Labute et Lisa Moore. Sa première collaboration avec l’illustratrice Isabelle Arsenault, le roman graphique Jane, le renard et moi (Les Éditions de la Pastèque), a été traduit en une douzaine de langues et a remporté de nombreux prix nationaux et internationaux, en plus d’avoir été classé parmi les dix meilleurs livres illustrés de 2013, selon le New York Times. Leur plus récente collaboration, Louis parmi les spectres, est parue à l’automne 2016 et a été finaliste jeunesse au prestigieux Festival international de la bande dessinée d’Angoulême.

Au cours de la saison 2017-2018, le public de Québec pourra voir sa traduction inédite de la pièce Closer, de Patrick Marber, produite par le Théâtre Niveau Parking, au Périscope. De plus, sa toute nouvelle pièce, Hurlevents, sera créée au Théâtre Denise-Pelletier en janvier 2018.

LA METTEURE EN SCÈNE

Diplômée du Conservatoire d’art dramatique de Québec en 2005, Marie-Hélène Gendreau connaît des débuts marquants tant sur les planches qu’à l’écran. Au cinéma, nous avons pu la voir dans Les trois p’tits cochons et Enfin l’automne. À la télévision, elle a joué dans quelques téléséries dont Complexe G, 30 vies, Le clan, Les hauts et les bas de Sophie Paquin, Lance et compte et Chabotte et fille.

Au théâtre, elle a joué dans plusieurs projets, dont Chante avec moi d’Olivier Choinière et Tout ce qui tombe de Véronique Côté, mises en scène par Frédéric Dubois au Théâtre du Trident, ainsi que dans Arlequin serviteur de deux maîtres et La Locandiera, toutes deux mises en scène par Jacques Leblanc à La Bordée. Marie-Hélène était entre autres de la distribution de Projet BBQ, Matéo et la suite du monde, La gloire des filles à Magloire, La cerisaie, La mouette et Axël. Elle a également participé à plusieurs créations collectives dont Vertiges, au Théâtre Périscope.

À sa fiche de carrière s’ajoutent plus d’une vingtaine de mises en scène. Elle a entre autres monté L’Ouest solitaire, de Martin McDonagh, Quatre à quatre, de Michel Garneau, Tom à la ferme, de Michel Marc Bouchard, LÀ, de Serge Boucher, Sur la Montagne, nue, d’Anne-Julie Roye ainsi que Le Cercle de craie caucasien de Bertolt Brecht. Sa mise en scène de Trainspotting a connu un grand succès tant auprès de la critique que du public, à Québec et à Montréal, récoltant des prix importants. Marie-Hélène oeuvre également au théâtre d’été. La saison dernière, sa mise en scène des Marches du pouvoir, de Beau Willimon, a suscité un grand engouement. Depuis août 2016, elle assure la coordination artistique du Théâtre Périscope.