Jeremy Dutcher est un ténor, un compositeur, un activiste et un musicologue de formation classique qui saisit toutes les occasions de mélanger ses racines de la Première Nation Wolastoq à la musique qu’il crée, mélangeant des esthétiques musicales distinctes entre le classique, la musique traditionnelle et le pop pour présenter un style entièrement nouveau. Il rend disponible aujourd’hui la chanson “Pomok naka Poktoinskwes”, 2e extrait de son nouvel album Wolastoqiyik Lintuwakonawa à paraître le 6 avril prochain.

“Pomok naka Poktoinskwes” (bah-mog na-ga buck-tah-in-skwes) est une chanson sur le Pêcheur et l’Esprit de l’Eau. “C’était le seul enregistrement d’archives que j’ai reconnu de mon enfance”, raconte Dutcher. “Ça a été récupéré dans les années 1980 par la porteuse de chansons Maggie Paul et cette pièce fut chantée dans la communauté Maliseet depuis ce temps.”

Rendu public par la même occasion: le puissant visuel qui fera office de pochette pour l’album Wolastoqiyik Lintuwakonawa. De paire avec l’artiste visuel Cree Kent Monkman, la base de la création de la pochette est l’image icônique de l’ethnographe Frances Densmore, ramassant les chansons du chef Blackfoot Nina-Stako en 1916. L’image est “celle qui m’a guidée à travers le processus de création de l’album, voire hantée”, dit Dutcher. “Je voulais inverser l’image pour refléter une autodétermination musicale contemporaine, tout en intégrant l’objectivité supposée du projet d’archives et comment elle renforce le détachement du rematriage commun.”

La pochette de l’album, photographée par Matt Burns, contient également un veston classique crée par le designer d’origine Wolastoq Stephanie Labillios, tout en incluant l’oeuvre magistrale de Monkman “Teaching The Lost” en arrière plan.

Jeremy Dutcher
Wolastoqiyik Lintuwakonawa

Sortie Commerciale: vendredi, 06 avril 2018