L’Impérial a vibré sous les rythmes lancinants et les voix fascinantes de deux artistes québécoises vendredi dernier. Ghostly Kisses et Kroy ont su séduire l’auditoire qui s’était déplacé pour leur passage à Québec.

Ghostly Kisses: une voix fascinante

Ghostly Kisses est le projet de Margaux Sauvé, qui vit à Québec. Vous l’avez peut-être entendue alors qu’elle faisait partie du groupe Émeraude, mais elle occupe maintenant l’avant-scène en compagnie de deux autres musiciens où elle interprète ses propres compositions. Sa voix unique la place dans un classe à part dans le monde de l’électro-pop selon moi.

Sa présence sur scène en première partie de Kroy nous a permis d’apprécier la majorité des chansons qui composent son répertoire actuel. Elle nous aussi offert un hommage à Dolores O’Riordan du groupes The Cranberries en reprenant Zombie, la chanson culte qui a propulsé le groupe au haut du palmarès dans les années 90. Sans quitter son registre plus velouté, elle a su transposer cette chanson pourtant lourde de sens en une mélodie tout aussi planante que l’ensemble de sa prestation sur scène.

L’intérêt pour Ghostly Kisses ne s’arrête pas sur scène. Je vous invite à visionner la vidéo Empty Note, qui démontre bien l’esthétisme et le style que la jeune auteure-compositeure-interprète arrive à porter grâce à sa voix douce et suave, le tout accompagné d’arrangements mêlant le piano électronique et le violon.

Vous pourrez aussi suivre sa chaîne Youtube ou retrouver son matériel sur Bandcamp

Kroy : une extension solo du succès de Milk and Bone

Kroy montait donc sur scène après les efforts appréciés de Ghostly Kisses.

Camille Poliquin délaisse temporairement Milk and Bone, où elle prend place aux côtés de Laurence Lafond-Beaulne, pour son projet solo qui s’est matérialisé avec Scavenger, album de neuf pistes paru en septembre 2016. En tournée depuis quelques temps, elle s’arrêtait donc à Québec pour son spectacle qui devait avoir lieu au Cercle qui a malheureusement fermé ses portes en début d’année. District 7, promoteur de l’événement, a agi promptement pour permettre à l’artiste de se produire à l’Impérial. Je crois que ce changement a su plaire autant aux musiciens qu’aux spectateurs, surtout grâce à l’espace un peu plus grand qu’offre l’Impérial. Kroy a d’ailleurs salué la défunte salle de spectacle en lui souhaitant une réouverture prochaine. La scène alternative de Québec reconnait aussi cette perte dans le paysage musical de notre ville.

Dans la même veine que Ghostly Kisses, Kroy a enchaîné la totalité de son répertoire qui se veut souvent planant, mais parfois plus agressif et rythmé. De sa voix au timbre caractéristique, elle a su pousser la note avec puissance lorsque nécessaire. Il arrivait malheureusement qu’on perde toute la finesse de sa maîtrise vocale dans l’intensité de la charge sonore des équipements de l’Impérial. Ce fut tout de même un spectacle fort apprécié de tous, tant par la variété musicale et rythmique que pour les effets d’éclairages qui ont été développés par le percussionniste du projet.

 

Vous apprécierez son talent en regarder Learn ou Hull, qui est représentative de la qualité de sa voix, et qui rappelle celle d’Émilie Simon à certains égards.

 

Comme Kroy nourrit deux projets simultanés, la prochaine nouveauté où elle participera est la sortie du second album de Milk and Bone, Deception Bay, dont la sortie a été réalisée la semaine dernière. S’enchaîneront quelques spectacles à Toronto, Ottawa, et un retour à Québec le 3 mars, toujours à l’Impérial Bell

C’est le temps d’acheter vos billets!

Kroy est aussi sur Bandcamp et sur iTunes