Huit courts métrages, dont la collection Chroniques du 9e art projetée en première nord-américaine et J’aurai ta peau…, de Kevin D. A. Kurytnik et Carol Beecher, présenté en compétition

L’Office national du film du Canada (ONF) sera de retour cette année au Festival de cinéma de la ville de Québec (FCVQ) avec huit courts métrages d’une grande variété de styles et de propos. Le public de Québec pourra découvrir en première nord-américaine la collection de courts films d’animation humoristiques Chroniques du 9e art (Canal+/Sacrebleu Productions/ONF), juste avant leur mise en ligne sur les plateformes de l’ONF et leur télédiffusion sur ICI ARTV. J’aurai ta peau… de Kevin D. A. Kurytnik et Carol Beecher (ONF), qui explore le genre fantastique, sera présenté en compétition au festival, tandis que le tout nouveau film de la cinéaste d’animation oscarisée Torill Kove, Rubans (Mikrofilm AS/ONF), sera projeté en première québécoise. Deux documentaires issus du Projet 5 courts, Carrière de Jean-Marc E. Roy et Dialogue(s) de Philippe David Gagné (ONF/La bande Sonimage), sont également sélectionnés. Le FCVQ se tiendra du 13 au 23 septembre 2017.

Chroniques du 9e art (4 × 3 min) – première nord-américaine

  • Lancée en première mondiale au Festival international du film d’animation d’Annecy, la collection Chroniques du 9eart rend hommage aux affinités entre la bande dessinée et le cinéma. Elle rassemble quatre courts métrages de trois minutes réalisés par des bédéistes québécois et français. Zviane sera présente au FCVQ.

 

Les quatre courts métrages :

 

  • La dent, réalisé par Guy Delisle (Canada)

Pourquoi la petite souris n’a-t-elle pas récupéré la dent laissée sous l’oreiller ? Guy Delisle renoue avec son célèbre « mauvais père » pour illustrer avec humour la paternité. Avec la voix des comédiens François Létourneau et Frédéric Larose.

 

  • La pureté de l’enfance, réalisé par Zviane (Canada)

L’écoute d’une cassette retrouvée transporte la bédéiste Zviane vers son enfance. Basé sur un enregistrement réel, ce film hilarant traduit avec un style ludique l’imaginaire des enfants.

 

  • Chronique panoramique, réalisé par Lewis Trondheim et Jean Matthieu Tanguy (France)

À quoi pensent les gens dans le train ? Lewis Trondheim et Jean Matthieu Tanguy se sont amusés, avec finesse et esprit, à imaginer leur vie dans ce film narré par Thomas Fersen.

 

  • L’amour libre, réalisé par Aude Picault (France)

Dans un café, deux femmes font le point. Rempli de non-dits, ce film est un clin d’œil à la jalousie qui se cache parfois derrière les amitiés féminines.

 

  • La collection est une coproduction internationale entre l’ONF (Julie Roy et Marc Bertrand), Canal+ et Sacrebleu Productions (Ron Dyens).

 

  • Mise en ligne: les films seront accessibles gratuitement sur les médias sociaux et les plateformes de l’ONF, dont ca, dès le vendredi 15 septembre, partout dans le monde sauf en Europe et en Afrique francophones.

 

  • Télédiffusion : le lundi 18 septembre à 22 h 30 sur ICI ARTV dans le cadre de l’émission Artistes en vedette.

 

J’aurai ta peau… de Kevin D. A. Kurytnik et Carol Beecher (15 min) – en compétition

 

  • Après une première mondiale au festival Fantasia, à Montréal, ce court métrage d’animation revient au Québec, en compétition au FCVQ. Sombre allégorie sur la cupidité et sur la sanction spirituelle qu’elle engendre, J’aurai ta peau… se déroule à l’époque de la traite des fourrures. En 1823, le gouverneur de la plus importante entreprise de commerce des fourrures au monde parcourt son dominion pour en extraire les richesses toujours plus considérables que lui procure la fructueuse chasse hivernale. Car dans son implacable univers de profits et de pertes, on tue les animaux jusqu’à la limite de l’extinction. Mais un jour, l’équilibre du pouvoir bascule, et les forces de la nature imposent une fort coûteuse sanction. Saluant au passage Melville et Coleridge, les réalisateurs Kevin D. A. Kurytnik et Carol Beecher ont créé un saisissant mythe contemporain sur le prix de l’arrogance et de la cupidité.

 

  • Une production de Bonnie Thompson (ONF) et de Carol Beecher (Fifteen Pound Pink Productions). Le producteur exécutif est David Christensen (ONF).

 

Rubans de Torill Kove (9 min) – première québécoise

 

  • Ce film explore la beauté et la complexité de l’amour parental, des liens tissés avec le temps qui nous font grandir et nous façonnent. Il s’agit du quatrième court métrage d’animation coproduit avec l’ONF pour Torill Kove, qui a remporté un Oscar pour Le poète danois (2006), ainsi que deux nominations de l’Académie des arts et des sciences du cinéma pour Ma grand-mère repassait les chemises du roi (1999) et Ma Moulton et moi (2014). Film sans paroles, Rubans illustre avec éloquence la notion d’attachement, ces liens dont nous avons besoin, que nous tissons et qui nous affligent parfois, laissant place au sentiment de solitude ou d’abandon. Quel parent ne connaît pas tôt ou tard ce sentiment, que son enfant soit adopté ou biologique ? Faisant appel aux personnages minimalistes et au tracé dépouillé caractéristiques de son style, l’animatrice nous propose ici un récit intime, d’une portée immense.

 

  • Le film est produit par Lise Fearnley et Tonje Skar Reiersen pour Mikrofilm AS et par Michael Fukushima pour l’ONF.

 

Carrière de Jean-Marc E. Roy et Dialogue(s) de Philippe David Gagné

  • Ces deux films sont tirés du Projet 5 courts, une initiative de l’ONF visant à explorer le genre documentaire court avec des centres d’artistes ou de production issus des régions du Québec. Cette deuxième édition du projet a été réalisée avec La bande Sonimage, organisme de Saguenay qui soutient la création en cinéma-vidéo au Saguenay–Lac-Saint-Jean. La production des courts métrages est signée par Denis McCready et Colette Loumède pour l’ONF et Claudia Chabot pour La bande Sonimage.

 

  • Carrière de Jean-Marc E. Roy (6 min)

 

Une journée de travail routinière au cœur d’une carrière de granite se transforme subrepticement en une intrigante symphonie industrielle. Alors que les ouvriers sont en arrière-plan, les lourdes machines deviennent les complices d’une caméra qui les filme comme une troupe de danse contemporaine en pleine création collective.

 

  • Dialogue(s) de Philippe David Gagné (6 min)

 

Des pilotes de l’armée, deux passionnés de voitures modifiées et un groupe de musique métal sont les sujets improbables d’un essai filmique pince-sans-rire sur le langage. Grâce à un montage judicieux et imprévisible, le cinéaste s’amuse à révéler l’étrangeté du dialogue masculin.