On ne sait jamais ce qui peut arriver durant les spectacles à l’affiche au Petit Champlain, mais l’intimité de la salle crée souvent des rencontres inoubliables avec les artistes invités et les spectateurs. Alors que Beyries montait sur les planches de cette salle de spectacle mythique pour deux soirs la semaine dernière, ce sont des moments magiques et savoureux qui ont été partagés avec l’auteure-compositrice-interprète et son auditoire.

En première partie, Christian Sean a offert une performance musicale originale. Ses rythmes, qui alliaient basse, guitare et échantillonnage, ont su réchauffer l’auditoire. Surveillez la sortie de son premier album en 2018. Pour le moment, vous pourrez apprécier son talent avec Black for you.

Après la courte prestation de Christian Sean, Amélie Beyries a rapidement conquis les spectateurs grâce à sa musique folk-pop parfois rythmée, parfois atmosphérique. La foule était en liesse dès la deuxième pièce du spectacle. Il n’en fallait pas plus pour qu’elle et les deux musiciens qui l’accompagnaient descendent de scène pour un bain de foule en allant interpréter Je pars à l’autre bout du monde de Paul Daraîche directement au parterre. Cette connexion privilégiée s’est poursuivie au fil des autres chansons qu’elle a présentées durant son spectacle, dont Soldier, The Pursuit Of Happiness, les interprétations de Morning has broken de Cat Stevens entre autres, ou encore la savoureuse J’aurai cent ans, qui a été écrite par Maxime Le Flaguais et mise en musique par Louis-Jean Cormier. C’est donc l’ensemble du répertoire composant son album Landing, disponible depuis février 2017, qui nous a été offert, en plus de quelques autres chansons encore inédites.

La complicité entre le trio sur scène était palpable. Ce plaisir contagieux laissait donc place à une écoute attentive de tout l’espace musical qui se déployait sur scène en un agréable mélange de piano ou de guitare acoustique selon les chansons. L’univers musical folk créé par Beyries peut rappeler celui de Sarah McLachlan pour certaines de ses compositions, qui flirtent aussi avec le country. Il en résulte une variété appréciable de rythmes et de mélodies tout au long du spectacle. Du plaisir pour les oreilles et pour l’âme. Sans nécessairement parler de son processus d’écriture ou de composition, elle profitait tout de même des pauses entre chaque chanson pour nous raconter des anecdotes ou pour partager quelques moments d’humour.

Beyries poursuit sa tournée de spectacles entamée l’année dernière – elle approche la centaine de représentations en moins d’un an – à Toronto début avril, pour revenir dans la Belle Province par la suite. Ne la manquez surtout pas!

Prochains spectacles de Beyries:

6 avril: Toronto, Drake Hotel

12 avril: Montréal, Maison de la culture Marie-Uguay

14 avril: Disraeli, Cabaret des Arts

19 avril: Boucherville, Café Centre d’Art

21 avril: Victoriaville, Cabaret Guy Aubert

 

Vous pourrez aussi la trouver sur Spotify, ou encore acheter ses titres sur Bandcamp, itunes ou Google play Musique