C’est le cœur ravi que nous retrouvons Félix Dyotte à l’arrivée d’un été d’errance, au cours duquel il a su cueillir treize chansons dont il nous offre le florilège, intitulé Politesses, à compter du 13 octobre.

Album de pérégrinations, de flânage dont la langueur finit par estomper les accidents de la côte amalfitaine ou encore les formes d’une maison de campagne, album des parfums persistants d’une ruelle de Guangzhou ou d’une nuit où la nature s’offre dans un élan païen à nos sens, Politesses esquisse des scènes impressionnistes rendant hommage à la vie rêvée. C’est une vie de voyages et d’exils de soi, de découvertes éternelles et éphémères, que Félix saisit par la lettre. Sa plume, toujours précieuse et précise, portée ici par un flair mélodique d’une rare élégance, nous la raconte. Elle tisse des histoires de sentiments où l’émoi des premières fois se voit sans cesse renouvelé par ces lieux de transits qui appellent au départ, mais aussi au retour. Une boucle que l’on cherche à reparcourir, telle une croisière chic sur l’océan du cœur, dont chaque port redoublerait d’un romantisme suave.

L’équipage se décline comme suit. Il y a d’abord les fidèles, qui renouent avec Félix après la fructueuse rencontre du premier album : Jason Kent à la basse, Francis Mineau (Malajube) et Guillaume Éthier (Jimmy Hunt) à la batterie, Philippe Brault à la direction des luxueuses cordes et Carmel Scurti-Belly aux chœurs oniriques. Puis viennent les étreintes de passage, au cours desquelles les voix se posent les unes à côté des autres. Vient ainsi Evelyne Brochu, qui chante les larmes de l’amour déçu sur Je cours, et Béatrice Martin (Cœur de Pirate), qui elle trace une Croix dans une désillusion alimentée par les tambours martiaux. Enfin, Philémon Cimon se juche dans l’éther de Pour ce que valent tes larmes, narrant des merveilles que certains n’entreverront jamais.

Réalisé par Félix Dyotte et mixé par Pascal Shefteshy (Peter Peter, Kroy, Arcade Fire), ce deuxième album nous reprend là où ou le précédent nous avait laissé; il nous dépose, à terme, sur le lit défait de deux époques, dans les draps noués des musiques électroniques et de la tradition chansonnière.

Treize Politesses, comme autant de fuites vers la beauté.

12 OCTOBRE
LANCEMENT- PRESTATION AU WHITE WALLS STUDIO
(4532, Avenue Laval, Montréal)

L’ALBUM POLITESSE SERA DISPONIBLE PARTOUT LE 13 OCTOBRE.
EN PRÉCOMMANDE SUR iTunes DÈS MAINTENANT (INCLUANT LES CHANSONS JE COURS, EN DUO AVEC EVELYNE BROCHU, ET STATION BALNÉAIRE EN TÉLÉCHARGEMENT IMMÉDIAT).

LA CHANSON JE COURS : SPOTIFY | APPLE MUSIC
FACEBOOK | TWITTER | INSTAGRAM | BANDCAMP