Ayant profité d’un accès privilégié aux ateliers d’art-thérapie réalisés dans le quartier Saint-Michel ainsi qu’avec les enfants du quartier « Jalouzi » en Haïti, le photographe Daniel Desmarais illustre l’impact psychologique des couleurs sur les jeunes et leur environnement. Réalisée en partenariat avec Casque Noir, l’exposition Tout Koulè, qui signifie « tout en couleurs » en créole, sera présentée à la TOHU du 18 avril au 10 juin 2018.

Quiconque a déjà posé les pieds à Pétion-Ville, une commune de Port-au-Prince, se souvient de la myriade de couleurs des petites maisons surplombant le versant du Morne l’Hôpital et de la dichotomie entre les villas de luxe et Jalouzi. Alors que certains touristes et plusieurs médias affirment que cette vitrine colorée est un paravent pour la misère, le photographe québécois a choisi de regarder au-delà des idées reçues.

Bien sûr, la misère et la détresse se côtoient, mais derrière cette façade, inspirée des villes imaginaires du peintre jacmélien Préfète Duffaut, se cachait un quotidien inspirant chargé d’émotions. Daniel a senti que cette coloration formait l’identité du quartier et qu’elles insufflaient un dynamisme jovial à la communauté.

Un peu plus au nord, on retrouve Montréal, où le gris de l’automne, la presque absence de jaune en hiver et le bleu timide au début du printemps justifient d’innombrables déprimes saisonnières, malgré les efforts fournis par la métropole afin d’ajouter des couleurs ici et là. Une ville où la couleur est souvent plus un souvenir qu’une réalité. Une trace subtile intériorisée, contrairement à Jalouzi, où la couleur domine.

La jeunesse vibrante du nord au sud

En avril 2016, les organisations Casque Noir, Clown Sans Frontières, la TOHU et Cirque local d’Haïti ont allié leurs forces pour organiser des activités de cirque auprès des jeunes du quartier Jalousie. Le photographe Daniel Desmarais, alors investi dans un projet dans le sud d’Haïti pour les Nations Unies, a été mandaté pour capturer des souvenirs de ces poètes de l’acrobatie : trois jeunes casques noirs qui ont exécuté une série de mouvements, alors que leurs visages et le haut de leurs corps étaient peints d’expressions picturales inspirées de la culture tribale haïtienne.

Faute d’un concept clair, ces photographies ont (trop) longtemps été inaccessibles au grand public. Jusqu’à ce que l’idée de faire exploser la misère du quartier avec des éclats de couleurs soit suggérée : l’art-thérapeute Sylvie Fusade a été engagée un an après la session photo, afin de guider les jeunes dans l’expression de leurs réalités, tant à Jalousie qu’à Montréal. Se prêtant au jeu une deuxième fois, Daniel Desmarais a immortalisé le rapport direct entre les jeunes et la couleur.

Aujourd’hui, il présente l’exposition Tout Koulè, un condensé de photos et de capsules vidéos qui rompent avec la monotonie et mettent en lumière les effets de la couleur sur l’environnement des citoyens, tant dans le cadre d’une petite maison haïtienne que d’un édifice nord-américain.

LE VENDREDI 20 AVRIL
18H – VERNISSAGE DE L’EXPOSITION TOUT KOULÈ
OUVERT À TOUS | GRATUIT