ARRIOLA s’attire les éloges avec le mini-album MA NOUVELLE THÉORIE | Spectacle-lancement le 8 mai

Sorti il y a quelques jours sur toutes les plateformes numériques, le mini-album Ma nouvelle théorie de Arriola s’attire déjà les éloges! Maintenant, place au spectacle-lancement de cette nouvelle oeuvre électro-pop, le 8 mai en 5 à 7 au Verre Bouteille. Entrée gratuite!

Ce qu’ils en disent

«Et puisque le Québec a un besoin criant de paroliers de haute volée, on n’attendra pas la sortie d’un album complet d’Arriola pour souligner la qualité de sa plume, ses vertus phonétiques, son potentiel stylistique. Qui plus est, cet auteur sait explorer simultanément les profondeurs du réel et de l’inconscient à travers des tableaux poétiquement incarnés, qui respectent néanmoins les règles de la versification chansonnière» – Alain Brunet, La Presse

«Les textes de Martin Arriola sont intelligents, une poésie rythmée et efficace, tout en laissant beaucoup de place à la réflexion» – Jacques Boivin, Ecoutedonc.ca

«Mêlant textes à tendances philosophiques et sonorités modernes et enivrantes, Arriola signe une très belle pièce hors des sentiers battus de la pop formatée. Un vrai coup de cœur!» – CHOQ FM Toronto

«Ce sont 16 minutes qui passent en un éclair et on se fait un plaisir d’être accompagné par la douce voix de Martin Arriola» – Caroline Fillion, Le Synthétiseur

Soutenu par une instrumentation à la fois pesante et planante, c’est à une théorie de l’illusion que l’artiste nous convie. L’illusion du temps, qui n’existe pas, et de la brièveté de la vie que nous imaginons. L’illusion de la souffrance d’ici et là-bas. L’illusion de soi dans la folie, la peur des rêves éveillés sans rêveur. Ou est-ce dans le sommeil qu’on se retrouve soi-même ? L’illusion de la conscience qui masque notre essence inconsciente. À travers toutes ces réflexions, la nouvelle théorie d’Arriola est à la fois remède et maladie. Une fois que tout est disparu, une sorte de paix s’installe.

Arriola démontre qu’il n’a pas fini de charmer et de déstabiliser grâce à sa profonde recherche esthétique, à l’intelligence de son propos et à son approche musicale que l’on pourrait qualifier d’électro-pop philosophique. L’auteur-compositeur-interprète entrelace les atmosphères pour créer un ensemble sonore audacieux et plein de subtilités.

Pour mener à terme son nouveau projet, Arriola (paroles, musique, voix, guitares) s’est entouré de Charles-Emmanuel L’Espérance (claviers) et Jonathan Gagné (claviers, batterie et percussions). À souligner également, la collaboration avec l’ingénieur de son Pascal Shefteshy (Ariane Moffatt, Alex Nevsky, Alfa Rococo, Coeur de pirate, Peter Peter) qui a mixé la chanson, et de Matt Colton (Coldplay, Peter Gabriel, James Blake, Muse) au matriçage.

Rappelons que son EP «En haut», sorti en 2015, a reçu un accueil chaleureux de la part des médias. Son premier extrait, «Le virage», a été entendu sur de nombreuses stations de radio, tandis que son plus récent extrait, «Tout est à sa place» s’est classé #7 et #8 au palmarès de Ici Musique Chansons, #12 au palmarès de Stingray Franco Attitude et en rotation forte sur Sirius XM Influence Franco pendant plus de 4 mois.

Tout d’abord aux commandes du projet anglophone Checkpoint Charlie aux côtés du guitariste Philippe Lemire (Dance Laury Dance, ARIEL), Martin Arriola s’est lancé en solo en 2011 avec un premier mini album rock axé sur les guitares. Cette aventure le mena notamment jusqu’au Festival Vue sur la relève en 2013 et un maxi vit le jour à l’été 2014. Alimenté par une collaboration étroite avec Jonathan Gagné (Propofol, ARIEL, Topium) à la réalisation, une migration du rock vers l’électro-pop s’est opérée en 2015.

Auteur: Communiqués

Partager cet article sur

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.