Danse – L’Agora de la danse présente Not Quite Midnight, de Cas Public, le samedi 9 février à 15h !

Six danseurs troquent leurs chaussons de danse pour une pantoufle de verre dans cette nouvelle création qui rend hommage aux qualités de coeur et d’esprit permettant de surmonter les épreuves, de se surpasser et de s’accomplir. Rompue à l’exercice de décortiquer les grandes oeuvres classiques, la compagnie propose ici une autre manière de se laisser saisir, de se laisser conter la force poétique et lyrique de ce chef-d’oeuvre de notre imaginaire collectif.

L’équipe de création puise à la fois dans les contes de Perreault et des frères Grimm, dans les opéras de Rossini et de Prokofiev – retravaillés par le compositeur Martin Tétreault – et dans les versions moins connues de la tradition orale pour sa relecture du conte emblématique.

Après avoir posé la question de l’inclusion dans 9, Cas Public touche ici à l’exclusion, que Cendrillon finit par surmonter. Not Quite Midnight traite de courage et de transformation. Si on y trouve des traces du récit initial, l’oeuvre incarne surtout l’esprit résilient de Cendrillon dans sa construction exigeante et dans l’adaptation constante de sa structure chorégraphique aux éléments imprévisibles de la mise en scène.

Au fil des ans, Cas Public a réussi à se hisser au rang des compagnies canadiennes jouissant d’une réputation internationale. La compagnie demeure toutefois enracinée dans la réalité culturelle québécoise, où elle multiplie ses efforts pour promouvoir la danse actuelle auprès du public et contribuer à son développement. Tout en continuant la création pour le grand public, Cas Public s’aventure sur le terrain du spectacle jeune public depuis 2001, avec Nous n’irons plus au bois, oeuvre qui compte aujourd’hui plus de 300 représentations à son actif. Barbe Bleue, Journal Intime, Variations, 9 et les opus jeunesse qui lui ont succédé ont été présentés dans des festivals et salles réputées à travers le monde, de Chicoutimi à Madrid en passant par l’Opéra Bastille de Paris et l’Opéra de Bordeaux. Depuis maintenant 29 ans, chacune des créations qui ont ponctué l’évolution de Cas Public atteste la poursuite de l’excellence dans le renouvellement des codes gestuels. La réputation de la compagnie s’est construite grâce à la qualité exceptionnelle de ses oeuvres, reconnues pour leur fougue et leur prouesse, et par une présence assidue sur la scène nationale et internationale. En 2018, Cas Public a reçu la Prix de la danse, catégorie diffusion internationale remis par CINARS et le 21 février prochain, Hélène Blackburn recevra le prix Hommage RIDEAU.

Compagnie Cas Public
Chorégraphie Hélène Blackburn
Interprétation Alexander Ellison, Cai Glover, Robert Guy, Daphnée Laurendeau, Carson McDougall, Danny Morissette
Musique Martin Tétreault
Scénographie et éclairages Emilie B-Beaulieu, Hélène Blackburn
Conseillère à la dramaturgie Sophie Lesort
Vidéos Les enfants lumière – Galton Célestin et Camille Blackburn
Photos Claudia Chan Tak, Damian Siqueiros
Assistante à la chorégraphe Tina Beyeler
Assistant à la chorégraphe Marq Frerichs
Apprentis à la création Adrianne Bélanger, Nicolas Boivin
Entraînement des danseurs Spiral Fitness avec Vagg
Costumes Michael Slack
Direction technique Emilie B-Beaulieu
Coproducteurs Agora de la danse, Teatro Cucinelli de Solomeo, Ville d’Alma Spectacles
Résidences de création Agora de la danse, Maison de la Culture Frontenac, Maison de la Culture Mercier, University of Kent à Canterbury, Teatro Cucinelli de Solomeo

+ matinées scolaires du 6 au 8 février 2019

Dans Phenomena, Ismaël Mouaraki questionne l’évolution de l’Humain. En effet, les possibilités d’amplification et de transcendance semblent aujourd’hui infinies dans un monde numérique aux réalités augmentées et à l’intelligence artificielle. Les corps des danseurs deviennent des hybrides, dans un espace sous-tension, connecté par un flux de données toujours plus rapide et plus puissant, qui laisse entrevoir un bouleversement à l’intérieur même des corps. Dans cette nouvelle création, Ismaël Mouaraki n’offre pas de réponse toute faite. Il ne prétend pas connaitre de quoi sera précisément fait l’avenir mais il s’interroge sur notre évolution, tant d’un point de vue sociologique ou scientifique, que philosophique. Si la technologie continue dans la direction de ces dernières années, finira-t-elle par intégrer totalement le corps et devenir imperceptible ?

Compagnie Destins Croisés Chorégraphie Ismaël Mouaraki  Interprétation Audrey Bergeron, Geneviève Boulet, Félix-Antoine Cossette, José Flores, Geneviève Gagné Musique Antoine Berthiaume Scénographie et éclairages David-Alexandre Chabot, Paul Chambers Costumes Sarah Dubé Directrice des répétitions Annie Gagnon Conseillère à la dramaturgie Estelle Clareton Direction technique Olivier Chopinet Résidences de création Agora de la danse, Maison de la Culture Frontenac, Maison de la Culture Notre-Dame de Grâce, Montréal, arts interculturels (MAI) 
À ne pas manquer: Phenomena de Destins Croisés

Phenomena – Ismaël Mouaraki
13 > 16 mars 2019

Billetterie : 514 525-1500
Pour en savoir plus

 

Author: Communiqués

Share This Post On
%d blogueurs aiment cette page :