imaginationreality – La Chapelle Scènes contemporaines

Ce que nous imaginons forge notre manière de voir les choses, tout comme notre manière de voir les choses influence ce que nous imaginons.

Cette chorégraphie est composée d’une variété d’aspects et de morceaux de la réalité qui peuvent être reconstitués dans la perception du spectateur. Un éventail d’échantillons performatifs : des éléments ressentis, des fragments  provenant de l’identité de chaque performeur, des impulsions corporelles et plus encore.

Les danseurs s’abandonnent au moment présent pour créer un environnement onirique, un terreau fertile pour des moments de découverte et de surprise. imaginationreality offre, à petite échelle, un modèle pour réinventer sa façon de voir le monde.

**

Présenté pour seulement 3 représentations à La Chapelle – Scènes contemporaines, imaginationreality propose une vision originale de notre rapport à la (aux) réalités auxquelles nous sont confrontés chaque seconde. Cinq danseur.euses essaye de différentes manières de développer de nouveaux imaginaires. Le dispositif, d’une grande simplicité, nous permet de nous connecter tout de suite avec ce qui se déroule au centre. Pour une des rares fois, la configuration de La Chapelle est circulaire (et le résultat est gagnant).

Le public, partageant au début la même réalité que les interprètes, se voit attribuer le rôle de passeur de parole. Ainsi, le micro circule au milieu des spectateurs.trices et chacun.e a la possibilité de s’exprimer (ou passer le micro au suivant) à propos d’un sujet lancé par un.e des interprètes. Si le spectateur.trice décide de parler, ielle doit terminer sa parole par une question afin de relancer la personne à ses côtés à qui ielle passera le micro. Les paroles successives deviennent ainsi trame sonore accompagnant les partitions physiques se déroulant au centre, où les interprètes cherchent ensemble à créer de nouvelles perspectives physiques et géométriques, notamment en déplacant les corps raides comme des objets à travers l’espace ou à les disposer maladroitement dans un coin de la scène. Le dispositif, reposant en grande majorité sur la volonté du public à participer, est risqué. Parfois c’est le silence, et c’est très bien. Parfois le malaise s’installe et on sent que les gens cherchent à meubler le silence. Cela les amène à tourner en rond sur un dit sujet et le discours de décous tranquillement. Il faut néanmoins admettre que, malgré le dispositif instable, la proposition donne des résultats très riches de sens. Il est rare que la voix, sous forme de discours spontané des spectateurs.trices en voix off, accompagne une chorégraphie se déroulant en même temps.

La deuxième partie du spectacle convainc moins et semble s’enliser dans des propositions parfois premiers degrés, le focus des interprètes n’étant pas toujours clairs sur les tâches qu’ielles s’attribuent. Après un long moment de silence qui laisse place à la musique, le public retrouve la parole. Cette fois-ci, les interprètes semblent s’inspirer des propos tenus par les spectateurs.trices (parfois un peu simplistes) et on comprend que le discours du public doit probablement être contaminé par ce qu’ielle voit s’opérer sur scène. Il serait intéressant de voir ce spectacle présenté devant un public qui ne serait pas majoritairement composé d’artistes en arts vivants, car beaucoup d’entre nous avons la parole facile et un certain regard sur notre propre pratique qui n’est pas partagé par, disons, un public moins averti et moins habitué des formes contemporaines. Le spectacle, malgré son dispositif riche, s’essoufle après un certain temps. Les réflexions qui gravitent autour de ce sujet d’aller-retour entre ce que nous imaginons et ce qui existe auraient peut-être gagnées en force si les propositions physiques avaient été parfois plus assumées.

**

Mardi 17 septembre – 20h

Vendredi 20 septembre – 20h

Pour se procurer des billets : www.lachapelle.org

Author: Thomas Duret

Share This Post On

Pin It on Pinterest

Share This