Les mains d’Edwige au moment de la naissance à la Bordée du 14 janvier au 8 février

Durée de la pièce : 1 h 45 sans entracte

Cette pièce présentée à la Bordée du 14 janvier au 8 février 2020 vous fera réfléchir sur vos valeurs.  Est-ce que le fait d’être différents est toujours un événement heureux?  On en doute.  L’exploitation a toujours existé, imaginez lorsqu’en plus, ce sont des gens de la famille qui nous exploite. Peut-on accepter l’inacceptable?  Comment peut-on défendre nos convictions et se faire respecter?  Est-ce que l’amour peut sauver le monde?

Le texte de Waldi Mouawad, « Les mains d’Edwige au moment de la naissance » est fort de sens, de sentiments et poétique.  Le texte a été écrit en 1998 et c’est toujours une pièce brûlante d’actualité.  Ce texte a d’ailleurs été salué par le prix de la critique au Carrefour 2019.

L’Histoire de la pièce :

« Edwige a un don : quand elle prie, une eau pure sort de ses mains. Le point de départ de la pièce est une cérémonie funéraire symbolique organisée par les parents d’Edwige, pour souligner la mort de leur fille Esther, disparue depuis dix ans. Son corps n’a jamais été retrouvé. Ils profitent de l’occasion pour inviter des gens et monnayer le don de leur autre fille à son insu.

Edwige refuse de se livrer à ce cirque, mais voilà que la maison est bondée, que les parents insistent, et que les gens sont de plus en plus impatients… »

 

Marianne Marceau

Marianne Marceau

Le rôle principal joué par Marianne Marceau est interprété avec conviction.  C’est un personnage fort et on y croit.

Edwige avait-elle raison de croire que sa sœur n’était pas morte? Est-ce qu’on la croit folle à cause de son don?  Est-ce que le cœur d’une mère, d’un père, d’un frère ou d’une sœur peut mourir à petit feu de ne pas savoir où est passé Esther pendant 10 ans?  Veux-t-on en finir pour vrai de cette peine et l’enterrer, même sans le corps?

 

Plusieurs défis pour cette mise en scène remarquable

Un décor épuré.  Au lieu de l’escalier traditionnel on représente le sous-sol où se terre Edwige.  On y ajoute la présence de brouillard (fumée qui n’est absolument pas incommodante pour les spectateurs) et on use d’un stratagème pour les mains d’Edwige qui coulent.

Il y a également un côté fantastique avec le visuel au niveau du feu à la maison et de nombreux éclairages.

 

Une production de La Bordée

Mise en scène : Jocelyn Pelletier

Assistance à la mise en scène : Laurence Moisan-Bédard

Conception

Décor : Jean-François Labbé

Costumes : Virginie Leclerc

Musique originale : Mykalle Bielinski

Lumières : Martin Sirois

Distribution :

Normand Bissonnette (Mathias)

Samuel Corbeil (Vaklav)

Lorraine Côté (Éloïse)

Marianne Marceau-Gauvin (Edwige)

Annabelle Pelletier-Legros (Esther)

Lucien Ratio (Alex)

 

Pour réserver, cliquez ici : https://bit.ly/34HXJyE @ Théâtre La Bordée

Crédit photo de Marianne Marceau-Gauvin est Llamaryon

 

Author: Marie-Josée Boucher

Share This Post On

Pin It on Pinterest

Share This