Livre: Denise Filiatrault lance son autobiographie : Quand t’es née pour un p’tit pain

Denise Filiatrault lance son autobiographie : Quand t’es née pour un p’tit pain à l’âge de 86 ans, revient sur les moments marquants de sa vie. Qui ne connait pas Denise au Québec avec ses rôles à la télévision : Délima la Grande Jaune dans Les Belles Histoires des Pays-Haut, Denise dans Moi et l’Autre et Denise Chez Denise et il s’agit du tout dernier film C’est le cœur qui meurt en dernier de la carrière de Denise qui joue un personnage atteinte de la maladie d’Alzheimer.

On a connu Denise Filiatrault comme chanteuse dans les cabarets, comme comédienne à la télévision et au cinéma et comme actrice et metteur en scène au théâtre enfin, depuis dix ans, directrice artistique du Théâtre Rideau Vert. Mais que sait-on réellement de la vie de cette travailleuse acharnée à la personnalité flamboyante.

Dans la biographe la plus attendue de l’année, Quand t’es née pour un p’tit  pain publiée chez Libre Expression, cette femme à tête créative nous fait revivre sept décennies des grand mouvements, offrant au lecteur un regard privilégié sur l’univers de l’industrie du spectacle au Québec.

À Montréal, le 4 juin 1931, est décédée Evelyne Labonté morte en couche. Elle laisse dans le deuil son époux, Lucien Lapointe, typographe à La Presse, ainsi qu’une petite fille, Denise.

Et merci, mon Dieu, de lui avoir donné l’idée de me laisser chez Yvonne Parent et Armand Filiatrault. Jamais je n’aurais pu rêver de meilleurs parents adoptifs.

Il y a une image frappante dans l’autobiographie Quand t’es née pour un p’tit pain de Denise Filiatrault : celle d’une adolescente de 14 ans qui, en cachette de ses parents, va danser les dimanches d’été à la Plage-Idéale à Laval.

Tous les cinq sous passent dans le juke-box. Mais le soir venu, il faut bien rentrer. Comment ? En grimpant en douce sur l’autobus, et allongée sur le toit, bien agrippée, on se rend sans peine à Montréal, jusqu’au coin Saint-Denis et Saint-Joseph !

Se débrouiller, Denise Filiatrault s’y est employée toute sa vie, dans les concours d’amateurs où très jeune elle se faufile, dans les clubs où elle négocie sa présence en faisant fi des humiliations, à la télévision où elle finit par se faire une place comme auteure, au cinéma pour tourner en France, comme restauratrice avec tous les hauts et les bas propres à ce milieu.

Ce fut la naissance de Chez Denise, à la fin des années 1970, qui lancera Normand Brathwaite et créera l’inoubliable personnage de Christian Lalancette (André Montmorency) : un premier Noir dans une série télé d’ici, un premier gai très très affiché, et pour Denise Filiatrault, une première reconnaissance comme auteure.

Et pour le comprendre, il faut remonter quelques années plus tôt, à Moi et l’autre. Ah, Moi et l’autre ! Série-culte, mythique, adorée… Tous les Québécois qui se rappellent la fin des années 1960 ont en tête Dodo et Denise avec leurs folies, leurs mini-jupes et leur complicité. Mythes de Moi et l’autre. Le tout signé Jean Bissonnette et Gilles Richer.

À quoi s’ajoutaient ses rapports avec Dominique Michel, partenaire de scène depuis des années, avant même leur passage à la télévision. Aujourd’hui comme hier, le public qui les a tant aimées les imagine inséparables, à tout le moins amies.

Denise a fait importance précision au sujet de leur relation avec Dominique Michel « On n’a jamais été amies », a-t-elle mentionné. « On a travaillé ensemble, on a été des camarades de travail, mais on est tellement différentes. On ne s’entendait pas. »

Dans ce texte écrit raconte enfin son histoire en collaboration avec sa fille Danièle Lorain. Denise se dévoile et raconte enfin son histoire. On accède ainsi  à un volet bien personnel de la vie de celle qui aura marqué de plusieurs manières le paysage culturel québécois à travers les différentes étapes de sa carrière, mais surtout à travers les époques.

Une centaine de photos agrément la lecture et apporte une touche unique et incarnée à l’étonnante histoire de cette range de la scène et de l’écran.

À la fin du livre il y a des expressions célèbres et colorées :

  • À quelle heure le punch? C’est long, quand est-ce que la chute arrive?
  • Avoir l’air du beau chien : Ne pas être à son meilleur.
  • Drôle comme une béquille : Pas drôle pantoute.
  • Enchaine ! Cesse de prendre du temps d’acteurs et fais rouler la scène ou l’évènement, c’est selon.
  • Faire sa cute : Se pavaner
  • Jamais dans cent ans! Ce qui revient à dire : jamais!

Aussi, nous retrouvons des crédits iconographiques de gauche à droite, de haut en bas. Chaque photo est identifiée.

En août 2017, Denise Filiatrault a été décorée de l’Insigne de Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres de la République Française.

C’est un livre à s’offrir ou à l’offrir comme à mettre sous le sapin de Noël.

 

Danièle Lorain @photo JFaugère

À propos de Danièle Lorain:

Denise Filiatrault n’a assurément besoin d’aucune présentation puisqu’elle marque le paysage culturel québécois depuis sept décennies, une travailleuse acharnée et femme de tête créative à la personnalité flamboyante.

Coauteure de la biographie de sa mère, Danièle Lorain est une chanteuse, une artiste multi-disciplinaire et une comédienne que l’on a vue tant à la télévision qu’au théâtre.

 

ISBN : 9782764811344
Date de parution : octobre 2017
Sujet : Biographie
Nombre de pages : 256 pages
29,95$

 

Author: Luc R. Bertrand

Share This Post On

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :