MARCUS WILCOUR se dévoile avec l’extrait «Trouver mon train»

Artiste vagabond exilé du Québec au profit d’aventures à travers l’Europe, Marcus Wilcour effectue ses débuts avec l’extrait «Trouver mon train», qui fera partie de son mini-album qui verra le jour dans la prochaine année.

Gravitant dans le monde de la folk acoustique tout en se laissant librement inspirer par le jazz, le soul et la pop, Marcus Wilcour (alias Marc-André Rouillard) offre une musique où harmonie et mélodies se collent naturellement à des textes humains et authentiques, plus souvent qu’autrement puisés dans son vécu personnel.

«Trouver mon train» ne fait pas exception. L’auteur-compositeur-interprète y évoque le récit d’un questionnement existentiel auquel on est tous confrontés un jour où l’autre; la recherche d’un sens, la peur de ne pas faire le bon choix, l’incertitude de ce que nous réserve l’avenir, et ultimement l’importance du lâcher-prise dans l’acceptation de ce qui est hors de notre contrôle.

À l’instar du EP à venir, l’extrait a été enregistré en quelques jours à Montpellier en France, en compagnie du réalisateur Borza Ghomeshi du studio Mayk Music (Éclos Bis, Funk Lion, Safia Nolin, Jason Bajada, Rufus Wainwright, Martha Wainwright, Jorane, Richard Desjardins, The McGarrigle Sisters, Emmylou Harris, Laurin Hill). Ghomeshi a pour l’occasion transporté sur l’autre continent son studio mobile.

À propos de Marcus Wilcour

Dans les rues de Montréal, de Montpellier et de Berlin comme sur des scènes telles que celles de La Voix (2013), Ma première Place des Arts (2014) et Nouvelle Star (2017), Marcus Wilcour fait de chaque instant musical un moment de connexion et de partage où le temps s’arrête.

Guitariste et pianiste ayant été appelé à traverser quelques fois l’océan pour explorer des opportunités musicales en Europe, Marcus fait le saut en fin d’année 2018 et déménage au sud de la France. Se faisant vite remarquer à travers sa musique de rue, les projets et collaborations s’accumulent et l’idée d’un premier EP francophone se concrétise rapidement. Marcus fait alors appel à Borza Ghomeshi, producteur et réalisateur québécois avec lequel il a développé une complicité instantanée lors de l’enregistrement de l’album Stratosphères de La Carotte Polaire, projet sur lequel il avait posé des harmonies vocales.

Pour les prochaines années, Marcus Wilcour a pour projet de suivre sa tendance vagabonde et de se laisser porter là où ses voyages le mèneront, et finalement revenir au Québec le sac rempli d’histoires à partager.

Crédit photo: La Ptite Photographe

Author: Communiqués

Share This Post On
%d blogueurs aiment cette page :