Ne change jamais ! – Marie Desplechin (Éditions L’École des Loisirs)

Vous entendez les informations qui arrivent de partout pour dire que la planète va mal. Vous êtes des enfants, vous possédez une grande quantité de neurones pour apprendre, comprendre et retenir. Vous êtes créatifs et courageux. Et vous ne pourrez pas faire comme certains de vos aînés : regarder ailleurs, vous boucher les oreilles et hausser les épaules. Vous n’aurez pas le choix. Il faut que vous conserviez quelques-unes de ces qualités, au lieu de les laisser s’éteindre en grandissant. Vous deviendrez de meilleurs adultes, pour vous, pour les autres et pour la planète.

**

Depuis les dernières années les oeuvres jeunesse axées sur l’écologie, la résilience, la simplicité volontaire et la désobéissance civile ont commencé à prendre de plus en plus de place sur le marché du livre, et c’est une très bonne chose. Quand on réalise à quel point le fossé inter-générationnel des préoccupations s’élargit d’une année à l’autre, force est d’admettre que l’espoir se retrouve surtout dans les futures générations. On aimerait que les personnes de plus de 30 ans réalisent que les choses ne peuvent plus être comme avant et doivent changer. Mais quand on est un.e adolescent.e, c’est une tâche bien ardue (car qui écoute réellement ce que les jeunes ont à dire ?). Tout le monde n’a pas forcément la résilience et l’acharnement d’une Greta Thunberg ou d’un Xiuhtezcatl Martinez (jeune activiste d’origine mexicaine vivant aux USA).

Dans les circonstances actuelles, un livre comme celui de Marie Desplechin tombe à pic. Séparé en vingt chapitres, ce livre, entre le manuel de survie, le journal intime et le documentaire, opère selon une méthode systématique. Chaque chapitre est composé d’abord d’un court récit à la première personne pour contextualiser l’idée qui sera développé par après :

Chapitre 1 – J’ai pas mes affaires

Tu me prêtes ta gomme deux minutes ?

C’est simple, c’est convivial et ça met une bonne ambiance dans la classe. Dommage que ça se termine généralement en fin du monde, comme quoi toute personne devrait avoir ses affaires à soi et surtout ne pas les prêter. Alors, d’un côté on nous rappelle sans arrêt qu’il faut partager avec les autres, et d’un autre côté, dèes qu’on partage, ça ne vas plus. Enfin, c’est comme d’habitude.

Suivi d’un questionnement sur la thématique :

Chapitre 3 – S’habiller

Il participe à la deuxième industrie la plus polluante au monde, l’industrie du vêtement. À chaque étape de sa fabrication, puis de son utilisation, puis de son rejet, le vêtement pourrit l’environnement.

Le chapitre enchaîne avec une section  »Zoom » d’une page, proposant des pistes de solutions :

Chapitre 10 – Découvrir

Tu la vois comment, ta ville ? Comme un gros ballon presque complètement immergé dans l’océan, capable de descendre sous l’eau en cas de tempête ? L’entreprise de construction japonaise Shimizu a présenté le projet. Réalisable en 2030 pour 20 milliards d’euros. Ou alors composée de modules flottants reliés entre eux, formant une cité intelligente et submersible ? C’est en cours au Pays-Bas.

Pour conclure avec le leitmotiv du titre du livre :

Chapitre 12 – Accueillir

Ne change jamais ! Pour se représenter l’histoire des réfugiés, des exilés, des migrants, des déplacés, ce ne sont ni les films ni les livres qui manquent. Tu peux commencer par l’Odyssée… Tu connais l’histoire du rusé Ulysse ?

La formule se répète ainsi tout au long du livre. Facile d’accès, agréable à lire et varié dans sa forme, cet essai jeunesse permet d’aborder tout un tas de sujets ; de nos modes de consommation à la désobéissance civile en passant par le véganisme et l’importance de se reconnecter avec la nature. On regrettera peut-être que les sujets ne soient abordés qu’en surface, mais peut-être aurait-il fallu choisir moins de thématiques pour mieux les creuser. Quoiqu’il en soit le livre ne prétend pas être une encyclopédie du survivaliste au XXIème siècle mais bien une amorçe pour les jeunes de s’engager dans différentes réflexions et thématiques. Bref, de quoi leur donner des outils de départ pour les inciter à aller plus loin.

Les jeunes ne manquent déjà pas d’idées ni d’initiatives. Ce livre est donc la bienvenue et s’ajoutera à la pile de lecture de vos enfants et adolescent.es, en espérant que cela les enflamment suffisamment pour qu’ielles s’investissent encore plus dans leur société pour ralentir le naufrage.

Mais pour que les idées abondent et grandissent, encore faudra-t-il que les adultes en charge leur laissent une place pour s’exprimer, en les prenant au sérieux, pour une fois.

**

Ne change jamais !

Marie Desplechin

175 pages

17$

ISBN 978-2-211-30462-7

Author: Thomas Duret

Share This Post On

Pin It on Pinterest

Share This