ONF – À l’occasion de la Journée nationale des peuples autochtones

Office national du film du Canada (ONF)
L’Office national du film du Canada souligne le deuxième anniversaire du lancement de son Plan d’action autochtone avec une palette de 40 œuvres — en développement, en production ou de parution récente — portant la signature de cinéastes autochtones. Il remplit ainsi un an plus tôt que prévu l’engagement de consacrer au moins 15 % de ses dépenses globales de production aux projets d’artistes autochtones.

Le 21 juin 2017, en réponse aux appels à l’action de la Commission de vérité et réconciliation du Canada, l’ONF annonçait son Plan d’action autochtone pour contrer les iniquités systémiques auxquelles se heurtent les créateurs et créatrices autochtones dans l’actuel milieu de la production au pays. Élaboré avec la collaboration d’un comité-conseil autochtone, le plan comporte 33 engagements regroupés en quatre grands domaines : transformation de la culture institutionnelle, leadership au sein de l’industrie, production, distribution.

Les progrès qu’a accomplis l’ONF en ce qui touche la mise en œuvre du plan d’action se manifestent à divers égards : engagement communautaire, accessibilité en ligne, ressources éducatives, embauche. À ces réalisations s’ajoute l’adoption, au sein de l’industrie, de nouveaux protocoles de travail relatifs aux créateurs et aux contenus autochtones.

« Au cours des deux dernières années, l’ONF a travaillé avec diligence et constance à la mise en œuvre de son Plan d’action autochtone, a déclaré Jason Ryle au nom du comité-conseil autochtone. Durant tout ce temps, l’ONF a démontré que des dirigeants déterminés peuvent amener une grande institution nationale à mettre en place des actions décisives, pertinentes et pratiques de soutien aux cinéastes, aux productions et au savoir-faire autochtones, qui entraînent un changement positif. Le comité-conseil est particulièrement ravi de voir autant de projets de créateurs et créatrices autochtones en cours de développement et de production. Il félicite tous ceux et celles qui ont contribué aux succès obtenus jusqu’à maintenant et attend la suite avec impatience. »

« Ces productions actuelles et à venir de cinéastes autochtones rassemblent de talentueux artistes de tout le Canada, lesquels portent à l’écran — au pays comme à l’étranger — des récits et des perspectives de première importance. Ensemble, ils contribuent à définir l’avenir du cinéma autochtone, renforcent les communautés autochtones et transforment la façon dont nous nous comprenons les uns les autres et dont nous partageons ce territoire, souligne Claude Joli-Coeur, président de l’ONF. L’équipe de l’ONF s’emploie à remplir les engagements compris dans le plan d’action, et je suis profondément reconnaissant au comité-conseil autochtone de bien vouloir poursuivre le travail avec nous et de nous guider dans cette démarche. »

Voici quelques-unes des créations marquantes :

  • Le long métrage documentaire primé de Tasha Hubbardnîpawistamâsowin: We Will Stand Up(Downstream Documentary Productions/ONF, en association avec CBC Docs et APTN) porte sur les conséquences de la mort de Colten Boushie, tué par balle. Ce premier film autochtone à ouvrir le Festival Hot Docs est actuellement présenté en salle partout au Canada.
  • The Inconvenient Indian, un long métrage documentaire que Michelle Latimer a adapté de l’ouvrage de Thomas King The Inconvenient Indian: A Curious Account of Native People in North America, en est actuellement à la dernière étape de la production. Jesse Wente est le producteur à la création de cette coproduction entre 90th Parallel et l’ONF.
  • Actuellement en production, le long métrage documentaire Nin, Auass de Kim O’Bomsawin brosse un tableau intimiste de la petite enfance dans les communautés de Pessamit, Manawan et Whapmagoostui.
  • Le documentaire à venir Jordan’s Principle(titre de travail), 53efilm de la prestigieuse carrière à l’ONF d’Alanis Obomsawin.
  • Autochtones. Fiers, un partenariat entre l’Ontario Federation of Indigenous Friendship Centres et l’ONF visant à explorer la culture des Autochtones en milieu urbain et les expériences vécues au sein des centres d’amitié de cinq communautés.
  • La série de courts métrages documentaires qu’a récemment terminée Angelina McLeods’intitule Freedom Road. Elle porte sur la communauté de la Première Nation de Shoal Lake 40, coupée du monde il y a 100 ans lorsqu’un aqueduc fut créé pour alimenter Winnipeg en eau potable.
  • Dans le cadre d’une version entièrement autochtone de Hothouse — le programme de mentorat en animation de l’ONF —, en partenariat avec le Festival imagineNATIVE du film et des arts médiatiques, les animateurs émergents Meky Ottawa, Kassia Ward et Chris Grant travaillent en ce moment à la production d’un court métrage. Cette 12eédition de Hothouse a également suscité des occasions de mentorat pour les productrices associées Amanda Strong et Amanda Roy, lesquelles enrichissent le projet de leur vaste expérience des récits autochtones.
  • Meneath, un projet en réalité augmentée de Terril Calder, examine les sept péchés capitaux définis par la chrétienté en les mettant en parallèle avec les sept enseignements sacrés de la spiritualité autochtone.
  • Des installations multimédias réalisées par des artistes autochtones : Caroline Monnet et Ludovic Boney ont signé l’installation Hydro, exposée au Musée de Joliette du 2 février au 5 mai 2019 ; en ce moment et jusqu’au 13 juillet, Dominic Lafontaine et Jessie Short présentent Neither One Nor the Other/Ni l’un, ni l’autre au centre Open Space de Victoria. L’œuvre a été conçue au cours de la deuxième édition de Déranger, un laboratoire de création destiné aux artistes multidisciplinaires inuits, métis et des Premières Nations travaillant en français.

L’ONF a en outre contribué, avec d’autres organismes, à assurer un soutien financier au Festival imagineNATIVE du film et des arts médiatiques pour la création du document On-Screen Protocols & Pathways: A Media Production Guide to Working with First Nations, Métis and Inuit Communities, Cultures, Concepts and Stories, publié en mars 2019. Les productions de l’ONF respectent les principes établis dans ce guide : elles s’appuient sur le respect, l’humilité, la collaboration fructueuse et le consentement valable.

Voici d’autres faits saillants de cette deuxième année :

  • Aabiziingwashi (Bien éveillés) : Le cinéma autochtone en tournée, qui réunit des œuvres de cinéastes autochtones issues de la collection de l’ONF, a jusqu’à présent donné lieu à plus de 1300 projections dans les provinces et territoires du Canada. Avec l’appui de partenaires, la tournée présente le cinéma autochtone et stimule les échanges dans les petites et grandes communautés du pays. Parmi les nouveaux titres de 2019, citons nîpawistamâsowin: We Will Stand Up, Freedom Road, Jordan’s Principle et le film de Christopher Auchter Now Is the Time.
  • Mise en ligne au début de 2018, l’abondante collection Cinéma autochtone de l’ONF donne gratuitement accès à plus de 300 productions conçues par des cinéastes autochtones. Pour souligner la Journée nationale des peuples autochtones 2019, elle s’enrichira de nouveaux titres, notamment les films primés Naissance d’une famille, de Tasha Hubbard, Trois mille, d’Asinnajaq, et Retour à Holy Angels, de Jay Cardinal Villeneuve (à compter du 17 juin). Mentionnons aussi la première des cinq nouvelles créations de Autochtones. Fiers : Revenir au point de départ, de Kristi Lane Sinclair, Des lieux de rassemblement, de Darlene Naponse, Quelques histoires, de Clayton Windatt, Un jeu ancestral : la crosse, de Jamie Whitecrow, et Zaagi’idiwin, de Tracie Louttit (à compter du 21 juin).
  • Source fiable de contenus pédagogiques de qualité destinés aux écoles de l’ensemble du Canada, l’ONF lancera sous peu une nouvelle expérience éducative en ligne qui tirera parti de sa collection afin de présenter l’histoire et la culture des peuples autochtones du Canada selon les perspectives de citoyens et citoyennes autochtones. Ce contenu s’adressera aux élèves de la 9e à la 12eannée.
  • À l’ONF, les employés autochtones représentent à l’heure actuelle 1,25 % de tout le personnel. L’ONF s’est engagé à porter leur représentation à 4 % dans l’ensemble des secteurs et des niveaux de son effectif — soit au moins 16 personnes — d’ici 2025.

L’ONF en bref

L’ONF est le producteur public canadien d’œuvres audiovisuelles primées et innovantes, qu’il s’agisse de documentaires, d’animations d’auteur, de récits interactifs ou d’expériences immersives. Depuis 1968, l’ONF a produit plus de 300 œuvres signées par des cinéastes inuits, métis et des Premières Nations, constituant ainsi une collection sans pareille de films qui bousculent les récits de la culture majoritaire et proposent des perspectives autochtones aux auditoires d’ici et du reste du monde. Guidé par les recommandations de la Commission de vérité et réconciliation, l’ONF met en œuvre un plan d’action comportant une série d’engagements, notamment consacrer au minimum 15 % des dépenses globales de production aux œuvres réalisées par des artistes autochtones et rendre la collection de films autochtones de l’ONF plus accessible au moyen d’une nouvelle destination sur ONF.ca et de ses applications pour appareils mobiles.

Author: Communiqués

Share This Post On
%d blogueurs aiment cette page :