Roman de Patrick Lafontaine

Au volant d’une vieille Acclaim, dans une enfilade d’autoroutes qui relient Montréal à San Francisco, Patrick Lafontaine, personnage principal de Roman, va retrouver sa blonde qui enseigne depuis une année dans une université américaine. À l’époque, elle voulait un enfant, il n’en voulait pas, elle est partie sans lui. Depuis, les choses ont vertigineusement changé.

Avec pour seule compagnie son chien PaulMa et un trailer rempli de livres et de moulée, Patrick roule aujourd’hui vers Diane, traqué par les souvenirs et alourdi par un secret inavouable, à glacer le sang. Au fil des kilomètres et des motels, il reconstruira le récit de ce qui l’a dévoré.

Dans un jeu narratif de miroirs et d’abîmes mélangeant prose et poésie, ce roman hors catégorie, à la fois réaliste et métaphorique, raconte dans une langue singulière et sans compromis ce que l’on doit s’inventer à soi-même pour renaître :

«Rien ne peut nous sauver, je veux dire la route n’a besoin de personne pour filer vers San Francisco, pas plus qu’aucune phrase des romans empaquetés dans le trailer n’a besoin d’un lecteur pour agir : il n’y a qu’un sujet, faible je aux prises avec des verbes – tout le reste est accessoire : on se rencontre, on s’aime, on baise; on se dévore de l’intérieur pour rapiécer nos fictions approximatives perdues par inattention au détour d’un virage.»

Je ferme la porte, dépose mon sac sur le lit, vérifie la propreté de la douche: une odeur de 99 Cents Pizza transpire des murs; j’ai laissé PaulMa sur le balcon, avec le long cri des camions qui secoue le motel. Je ferme le reste: la lumière des toilettes, le ventilateur, le néon de chevet, je débranche même le réveil et la cafetière car tout est  top clair pour la nuit profonde que je partage avec la seven du Grace Inn. Je défais ma ceinture, entre ma demeure: bonheur de l’aveuglement à ma mesure – cette chambre est moche, tout en elle est moche malgré son allure de wagon rose avec  des coussins bleus, mais sa moucheté ne m’effraie pas: nous savons, elle et moi, que je suis son semblable.

Patrick Lafontaine

À propos de l’auteur: 

Poète et directeur littéraire aux Éditions du Noroît depuis 2010, Patrick Lafontaine a reçu le prix Émile-Nelligan en 1997 pour son recueil L’Ambition du vide et le prix Estuaire en 2011 pour son recueil Grève du zèle, tous deux publiés aux Éditions du Noroît. Il enseigne également la littérature au cégep de Maisonneuve. Roman est son premier roman.

 

 

Parution : 2019
Nombre de page: 128
Version papier : ISBN 9782890245235 – 20,95 $
Version PDF : ISBN 9782890245242 – 14,99 $
Version ePub : ISBN 9782890245259 – 14,99 $

Author: Communiqués

Share This Post On
%d blogueurs aiment cette page :