Théâtre -Le Théâtre Denise-Pelletier présente Une maison de poupée du 12 au 29 mars à la Salle Fred-Barry !

Une maison de poupée

D’Henrik Ibsen
Adaptation Rébecca Déraspe
Mise en scène Benoit RiouxDu 12 au 29 mars
Présenté à la Salle Fred-Barry du Théâtre Denise-Pelletier

Du 12 au 29 mars 2019 à la Salle Fred-Barry du TDP, La Shop Royale présente une adaptation du chef d’oeuvre d’Henrik Ibsen, Une maison de poupée. Pour cette deuxième production de la compagnie après Je crois ? (Théâtre Prospero,2016), le metteur en scène Benoit Rioux fait appel à la plume actuelle de Rébecca Déraspe, récipiendaire du prix de la critique 2017 pour Gamètes et finaliste cette année pour Je suis William. L’autrice utilise une langue et des échos d’aujourd’hui pour aborder ce classique de la dramaturgie, reflet de notre société toujours axée sur les apparences, les jeux de pouvoir et l’argent.
Une maison de poupée a été écrite en 1879, mais le propos de l’auteur fait tellement encore écho aujourd’hui. Cette pièce m’interpelle à plusieurs niveaux. La prison métaphorique dans laquelle est enfermée Nora nous renvoie directement à la condition féminine actuelle. Mon travail d’autrice a été de mettre en lumière cette affinité troublante entre le hier d’Ibsen et notre aujourd’hui, là où l’égalité hommes-femmes n’est qu’apparence. » – Rébecca Déraspe 

L’histoire 

Dans cette maison de poupée moderne, pas de corsets ni de domestiques. Nora est une jeune femme mariée et mère de trois enfants ayant falsifié une signature il y a huit ans afin de faire un emprunt pour aider son mari en burn-out. À la veille de Noël, alors que son mari, Torvald, vient de prendre la direction d’une banque, des secrets sont déterrés et menacent d’être dévoilés au grand jour. Elle se bute alors à ce constat : et si elle ne voyait le monde depuis tout ce temps que par le regard des hommes qui l’entourent ? Qui est Nora ? Sa douloureuse lucidité concourt-elle à son désir d’indépendance ?

HENRIK ISBEN (1828-1906) AUTEUR« Les femmes ne peuvent pas être elles-mêmes dans la société d’aujourd’hui qui est une société exclusivement masculine, avec des lois rédigées par des hommes et
avec des procureurs et des juges, qui jugent le comportement
féminin en se plaçant du point de vue de l’homme.»

Notes de travail d’Henrik Ibsen, en préparation à l’écriture de la pièce

Henrik Ibsen est reconnu comme étant le père du drame moderne. Il rompt avec la notion de « type ». Il ne nous présente pas des avares, des prodigues, des traitres ou des candides. Il cherche avant tout à montrer combien un être humain ne se laisse justement pas réduire à un caractère, à une seule dimension qui le résumerait à bon compte.

METTEUR EN SCÈNEDiplômé en 2011 de l’École nationale de théâtre du Canada, il assure la codirection artistique de Zone Homa en plus d’être adjoint à la direction générale de 2010 à 2013. Il a fait partie de la distribution de La Cage aux folles, mise en scène de Normand Chouinard, tout l’été au Théâtre du Vieux-Terrebonne, au Capitole de Québec à l’autonome 2011 et en tournée à travers le Québec à l’hiver 2013. Il a également partie de Frères, mise en scène de Luce Pelletier, avec le Théâtre de l’Opsis au Théâtre Prospero à l’hiver 2012 ainsi que de la création White cube de Gabriel Plante. Il a servi de répétiteur afin de terminer la mise en scène de Elles XXX de la compagnie Bye Bye Princesse au Théâtre LaChapelle en avril 2014. Il a récidivé avec la compagnie en co-signant la mise en scène de Je te vois me regarder avec Alice Ronfard au mois de mai 2015. En novembre 2016 il signe sa première mise en scène solo avec Je crois? D’Emmanuel Bourdieu présenté avec succès dans la Salle intime du Théâtre Prospero. Il s’agissait de la première production de la Shop Royale, compagnie cofondée avec Julie Basse et Mellissa Larivière. En parallèle Benoit Rioux travaille chez Spectra Musique.

« Que ce soit en 1879 ou aujourd’hui, Ibsen a su mettre en scène des êtres que nous connaissons, une société qui demeure la nôtre: une classe moyenne inégale dans un monde économique capitaliste qui aspire à davantage, qui craint de tout perdre et qui fera tout pour garder ses avoirs et préserver son image. Et en son centre, Nora, personnage mythique et contesté dont nous suivons la quête, subjugué. Et si c’était elle qui brisait le cycle et ouvrait la voie à de nouvelles bases de société ? »

Benoit Rioux 

La Shop Royale est une compagnie de création et de relecture dramaturgique ayant pour but de faire découvrir de nouveaux horizons et de nouvelles signatures.

Leur première production, Je crois ? a suscité beaucoup d’attention au moment de sa création.

« La troupe nous offre l’une des plus belles surprises de la saison! […] À voir absolument! » – Luc Boulanger, La Presse
« Cette première production donne envie de porter attention aux prochains projets de cette compagnie très prometteuse. » – Sara Thibault, Monthéâtre.qc.ca

Une maison de poupée

du 12 au 29 mars
à la salle Fred-Barry du Théâtre Denise-Pelletier

Texte Henrik Ibsen
Adaptation Rébecca Déraspe
Mise en scène Benoit Rioux

Avec Kim Despatis, Marie-Pier Labrecque, Simon Pierre Lambert, Mathieu Lepage et Jean-René Moisan

Éclairages Julie Basse
Décor et costumes Xavier Mary
Assistance et régie Andrée-Anne Garneau
Régie Chloée Ekker

Une production de La Shop Royale

Author: Communiqués

Share This Post On
%d blogueurs aiment cette page :