Théâtre – Sauver des vies – à vivre au Théâtre de la Bordée jusqu’au 23 mars

La pièce Sauver des vies au Théâtre de la Bordée a pris l’affiche un peu plus tôt cette semaine. Retour sur une prestation qui mérite une quadruple ovation debout!

Résumé

Muriel, 48 ans, et Maude, mi-vingtaine, sont toutes deux atteintes d’une grave maladie. La première ferme les yeux et fait comme si de rien n’était pour « préserver » ses fils ; la seconde les garde grands ouverts et fonce dans la vie avec l’énergie de la révolte, entraînant son amoureux dans le vertige de la lucidité.

Sauver des vies est une pièce lumineuse, pleine d’humanité, d’humour et de tendresse. C’est aussi un magnifique chant d’amour envers ceux qui sont aux prises avec les épreuves de la maladie.

Texte

Avec ce premier texte, Pascale Renaud-Hébert prouve qu’elle a sa place parmi les auteurs incontournables de la relève.

Un savant dosage d’humour et de tragique, c’est toute la magie de ce texte qui traite d’une situation délicate, et où tout le monde – tant malade que bien portant – tente de se frayer un chemin dans l’inconnu et la douleur.

À travers cette tranche de vie où se jouent les dernières miettes d’un sac de chips Doritos, on retrouve aussi l’amour. L’amour, ce sentiment puissant qui nous guide à persister dans l’accompagnement d’un malade; ce sentiment qui nous dictera l’idée d’épargner nos proches de la douleur qui nous traverse et de garder secrète l’issue de notre maladie, bien que fatale.

Mise en scène

C’est l’auteure qui a signé la mise en scène de Sauver des vies. Les deux histoires parallèles du couple et de la famille partagent le même espace scénique dont l’aménagement est sobre mais efficace. Nous sommes plongés dans un théâtre de la réalité et contemporain – peut-être décalé dans les années 1990, à en croire le choix musical de R.E.M. avec Man on the Moon comme chanson récurrente et aux vêtements portés par les comédiens.

Les décors restent statiques jusqu’à la toute fin, ce qui rend leur réorganisation encore plus significative.

Quelques accompagnements musicaux viennent ajouter une touche dramatique aux scènes qui le méritent. Encore ici, nous restons dans la sobriété.

Jeu des comédiens

On ne peut parler du succès de cette pièce sans souligner le travail extraordinaire des comédiens et des comédiennes sur scène. Chacun et chacune dans leurs registres, ils adoptent des émotions variables en fonction de ce qui doit passer comme message. Parfois un seul regard dérobé, un geste. L’incarnation des personnages se joue sans caricature, ce qui rend le réalisme de la pièce encore plus poignant. Sophie Dion rend bien le personnage de Murielle, dont on voit la santé se dégrader au fil de l’avancement de la pièce. J’ai particulièrement apprécié le travail de Vincent Champoux qui joue Jean, le mari de Murielle, ainsi que celui d’Ariel Charest, qui tient le rôle de Maude. Crédible, du début à la fin.

Sauver des vies salue l’amour, avec tous ses liens intimes et les non-dits, ses attentes, et l’abandon de soi qu’il commande parfois. L’amour qui rend nos vies utiles.

 

Sauver des vies, présentée au Théâtre de la Bordée jusqu’au 23 mars. Billets disponibles sur Tickemaster.

Crédits

En coproduction avec le Collectif du vestiaire

TEXTE ET MISE EN SCÈNE : Pascale Renaud-Hébert
ASSISTANCE À LA MISE EN SCÈNE : David Grenier
DÉCOR : Cécile Lefebvre
COSTUMES : Gabrielle Arseneault
LUMIÈRES : Maude Groleau
MUSIQUE : Vincent Roy
PHOTOS : Nicola-Frank Vachon

Distribution

Maxime Beauregard-Martin: Simon

Vincent Champoux: Jean

Ariel Charest: Maude

Samuel Corbeil: Philippe

Sophie Dion: Murielle

Marc-Antoine Marceau: Étienne

Author: Yannick Lepage

Share This Post On
%d blogueurs aiment cette page :