Une première mondiale : un jeune ingénieur québécois conçoit des violons en impression 3D pour l’Orchestre symphonique d’Ottawa

Le dimanche 4 novembre dernier, l’Orchestre symphonique d’Ottawa présentait en première mondiale la Théorie des cordes en 3D, un concert explorant la façon dont les nouvelles technologies, telles que l’impression 3D (ou « fabrication additive »), peuvent générer des sonorités musicales inédites. Partenaire de conception, cofondateur de l’entreprise québécoise Creadditive et ingénieur accompli dans la conception et fabrication 3D, Laurent Lacombe a dirigé le processus technique de cette véritable innovation musicale.

Dans le cadre de ce projet unique, l’Orchestre symphonique d’Ottawa a fait appel à l’ingénieur mécanique Laurent Lacombe, en collaboration avec la luthière Charline Dequincey, afin de créer des instruments à cordes imprimés en 3D. Le compositeur Harry Stafylakis a quant à lui écrit la pièce Singularity, spécialement pour l’octuor de violonistes. Plusieurs centaines de personnes, dont des amateurs de musique classique, des passionnés (et intrigués!) des nouvelles technologies, ainsi que le maire d’Ottawa, Jim Watson, se sont réunies dimanche dernier à l’hôtel de ville d’Ottawa, afin d’apprécier cette œuvre musicale inspirée par les nouvelles sonorités de ces instruments et mettant en vedette un octuor composé de quatre violons, de deux altos et de deux altos-violoncelles, tous imprimés en 3D. Pour ce concert contemporain, les huit violonistes étaient accompagnés par l’Orchestre symphonique d’Ottawa au complet, sous la direction du chef d’orchestre Alain Trudel.

Amateur de musique classique, Laurent Lacombe n’a pas hésité un instant à prendre part à ce projet multidisciplinaire, combinant ingénierie, impression 3D et art de la fabrication traditionnelle d’instruments à cordes, y voyant l’occasion de pousser encore plus loin son expertise : « La fabrication traditionnelle des violons requiert la plus grande des précisions et aucun détail n’est laissé-pour-compte ; le moindre paramètre influence la sonorité des instruments. Cette première mondiale ouvre définitivement la porte à l’exploration de nouvelles méthodes de conception et de fabrication d’instruments de musique. Ce concert est la preuve vivante que l’impression 3D est un procédé de fabrication établi et prometteur », mentionne l’ingénieur de 29 ans originaire de Québec.

À PROPOS DE CREADDITIVE

Cofondée par Martin Lavoie, Philippe Dupuis, Stéphane Mayer et Laurent Lacombe, Creadditive se spécialise dans l’utilisation de technologies numériques de pointe afin d’offrir des solutions de qualité supérieure à ses clients. Dotée de bureaux situés à Gatineau/Ottawa et à Québec, Creadditive est appelée à desservir les grands marchés québécois et ontariens, comme ceux de Montréal, Toronto, Québec et Ottawa. Grâce à son équipe mobile, l’entreprise est en mesure de couvrir l’ensemble de l’Amérique du Nord.

Reconnue nationalement pour sa connaissance et ses contributions aux nouvelles techniques de numérisation et d’impression 3D, notamment pour le marché commercial de la construction et de la restauration patrimoniale, Creadditive offre des solutions fiables et intégrées, à travers trois services distincts :

  • L’expertise de son équipe en modélisation et fabrication 3D est renforcée par sa capacité à faire de la numérisation courte portée, permettant ainsi de recréer avec exactitude des objets de grande valeur et des pièces irremplaçables, tout en préservant le patrimoine comme jamais auparavant.
  • Ses outils de numérisation longue portée, combinés à son expertise en modélisation 3D, lui permettent de simplifier divers projets de rénovation de structures historiques, de fabrication sur-mesure et de rétro-ingénierie.
  • L’entreprise offre également un service complet de fabrication additive plastique et métallique, assurant à ses clients un résultat d’une précision et d’une rapidité inégalées.

www.creadditive.ca ­| www.facebook.com/Creadditive

Crédit photo : Shawn Peters

Auteur: Communiqués

Partager cet article sur