Une soirée tout à fait exceptionnelle au Club musical de Québec avec le pianiste russe Daniil Trifonov

En ce jeudi soir, avant la tempête de neige annoncée sur Québec, au Palais Montcalm, le Club musical de Québec offrait aux abonnés et au grand public un récital d’œuvres de  Jean-Sébastien Bach.

Le concert dans cette salle idéale, Raoul-Jobin, était complet pour son assistance et le public présent avait beaucoup d’attentes, surtout que quelques jours avant ce récital, le jeune pianiste de 29 ans avait effectué un passage marquant à Montréal.

En prélude au récital, le musicologue et musicien, Alexis Risler a présenté et illustré musicalement de façon bien intéressante L’art de la fugue de Jean-Sébastien Bach.

Le pianiste débuta son concert par une Chaconne exécutée à la main gauche dans un arrangement de Brahms. Immédiatement, on est projeté dans un univers de compréhension de cette musique avec une telle intelligence et de la profondeur. Oui, on parle souvent de grande virtuosité avec musicalité mais avec Trifonov, on se situe bien au-delà de la virtuosité.

Par la suite, il a joué toute la série des 14 Contrapunctus de L’art de la fugue de Jean-Sébastien Bach. Or nous étions devant une exécution magistrale et même géniale. Tout est pensé, réfléchi dans les structures de niveaux de la musique de Bach qu’il possède complètement. Il nous rend témoin de cette compréhension du grand compositeur. Dans son jeu, tout est équilibré, balancé constamment tout au long de la soirée. En soi, il y a une beauté immanente de l’interprétation de cette musique si riche et unique. Que dire de ses tempos, de ses nuances, de ses pianissimos en toute délicatesse et raffinement.

En fin de concert, il a joué le très connu et célèbre « Jésus, que ma joie demeure » dans un arrangement de Myra Hess. Encore là, avec ce magnifique pianiste , on a l’impression de redécouvrir et apprécier cette musique que l’on a si souvent entendu mais avec Trifonov, c’est différent et plus touchant même.

Après cet exigeant et somptueux concert, il s’est montré généreux avec deux rappels, des compositions des fils de Bach. D’ailleurs, on comprend la grande pianiste Martha Argerich qui est éblouie par le talent de ce jeune pianiste génial. Quant à nous à Québec, dans quelques  années, on pourra se dire :  « oui, j’y étais au Club musical, au Palais Montcalm lors du fabuleux concert de Daniil Trifonov… »

Le programme du concert :

 Johann Sebastian BACH Durée approximative
« Chaconne », tirée de la Partita pour violon no 2 en ré mineur, BWV 1004 (no 5 des Cinq études pour le piano, Anh. 1a/1) – arr. (main gauche) Johannes BRAHMS

 

16 min.
L’art de la fugue, BWV 1080 (Contrapunctus 1 à 11) 40 min.
 

Entracte

L’art de la fugue, BWV 1080 (Contrapunctus 12 à 14)

 

20 min.
« Jésus, que ma joie demeure », choral tiré de la cantate Herz und Mund und Tat und Leben, BWV 147 – arr. Myra HESS 4 min.

 

Crédit-photo : Dario Acosta

https://clubmusicaldequebec.com/cmq/index.php/programmation/saison-2019-2020

 

 

Author: Jacques Leclerc

Share This Post On
%d blogueurs aiment cette page :